Entretien avec Abdennour Bidar sur e-ostadelahi.fr le 6 nov 2008

Publié le par Noor Moon


Un appel au réenchantement du monde 

Commenter cet article

Yasmina 14/02/2015 11:40

Je suis très étonnée de ne pas voir plus de commentaires en faveur de ce que vous dites. Les événements de janvier ont pourtant éveillés les consciences au point de faire émerger des âmes musulmanes qui comme nous ne se reconnaissent pas dans cette violence qui va à l'encontre de notre religion.
Nous avons pourtant besoin pour nous diffuser plus largement et faire contre poids à cette montée du "radicalisme" qui fait son nid dans l'ignorance et le manque de perspective vers un avenir meilleur de la jeunesse....

Yasmina 10/02/2015 08:42

Je suis musulmane et depuis que je lis vos écrits et que j'entends vos interventions, je me sens beaucoup moins seule mais je trouve enfin un écho à ma pensée. Je souhaite que l'on continue à vous entendre, vous voir et que jamais vos détracteurs ne vous atteignent M. Bidar.

gerard HUGON 08/01/2015 18:09

Je ne commente pas cet article mais je viens à l'instant d'ecouter votre intervention à la tele.Merci monsieur de vous elever au dessus des partis et des calculs .... car moi aussi je revais d'un
rassemblement regroupant les français qu'ils soient de gauche,de droite du FN ou musulmans et je suis ecoeuré comme vous de retrouver ce clivage habituel.La France a perdu et je suis triste.

jean françois martin 22/12/2014 17:30

bonjour,
inutile que je me présente...mais voilà avec tout ces évènements j'ai pris deux minutes pour taper ton nom sur le net en me disant; avec la sagesse qui le caractérise qu'en pense t il ? J'étais
loin d'imaginer ce que tu étais devenu en quelques années, et je ne suis pas déçu. Maintenant j'espère que ta façon de penser deviendra à terme moins confidentielle. Amitiées sincères Jeff

Achard Michèle 22/05/2014 10:24

J'ai lu tous vos livres et je les relis ; ils sont tous passionnants et dénotent une profondeur de pensée remarquable, pour qui est intéressé par la spiritualité.
Comme Nietzsche, il faudra peut être attendre 100 ans avant d'être compris...
mais on ne sait jamais